1 HEURE 23’14 » et 7 CENTIEMES, Jacques Gamblin, Bastien Lefèvre

Photo : Giovanni Cittadini Cesi

          Dans un décor de salle de sport design avec des persiennes en bois, un coach et son élève évoluent sur le praticable. Celui-ci est marqué par des bandes colorées collées au sol. Elles sont là pour guider les mouvements du danseur. Se jouxtent la rigueur de l’excellence physique prônée par le professeur et les raisonnements parfois mystiques de celui-ci. Une lumière bleue surplombante domine toute la pièce et laisse place à une lumière solaire rasante, passant à travers les persiennes lors des décharges d’énergie sans retenue.

           La rigueur du professeur est supplantée par celle de son élève. Celui-ci est doté d’une maîtrise excessive ne lui permettant pas de lâcher prise. Alors qu’il ne supporte pas l’immobilité, le professeur essaye de lui enseigner la patience, la lenteur en se concentrant sur un seul pas. Il lui laisse ensuite la totale liberté de marcher. Cette liberté si soudaine est un abîme pour le jeune danseur qui trébuche et tombe.

           L’entrainement se fait d’abord dans l’imitation du maître. Dans un premier temps, le coach et son élève n’ont pas besoin de parler, le langage du corps suffit à les accorder. L’harmonie des corps n’est pas intellectualisée. Elle est de l’ordre du sensible. Puisqu’elle est intuitive, elle précède toute réflexion.

          Lors d’une scène les deux personnages sont séparés, chacun de leur côté. Le professeur est en aparté verbale, l’aparté classique, tandis que son disciple est en aparté physique. Ce dernier fait de grands mouvements de bras circulaires. De profil, son ombre projetée sur le mur nous montre le mouvement de face. Sa rapidité et les variations des gestes hypnotisent le spectateur. Dans ce mouvement sans fin, le danseur brasse de l’air témoignant de sa frénésie sans bornes. Divers types de danse, notamment la danse classique, sont convoqués pour accentuer la virtuosité du sportif qui maitrise tout un alphabet de sports.

          Pendant l’entraînement sportif ou lors des accès de logorrhée du professeur, de nombreuses situations prêtent à rire. Sur le modèle du duo circassien, le professeur est utilisé comme un poids dans les exercices de musculation. Le coach rajoute in extenso des corrections à ses propos freinant l’élève. Celui-ci ne peut pas se lancer dans la chorégraphie parce qu’il se montre entièrement soumis à son maître. Cela rend manifeste son zèle d’obéissance et crée un comique de répétition. Ce type de comique est réutilisé plusieurs fois dans cette pièce lorsque l’élève grommelle contre son professeur ou encore lorsque tous deux essayent de calculer la distance des pas pour mesurer la rigueur de la marche. Ce but n’est jamais atteint. Cela rend le zèle de la précision, le caractère pointilleux du professeur comiques et même ironiques : à trop vouloir décomposer l’intuition en éléments précis, on la dissèque et on finit par la tuer.

           Le maître essaie de transmettre à son élève une forme de sagesse pour qu’il prenne conscience de ses capacités physiques illimitées et des obstacles mentaux qu’il dresse de lui-même dans son esprit. Il a le savoir-faire, il ne lui manque que le savoir être qu’il acquiert lorsqu’il prend l’initiative de décoller les bandes colorées au sol qui devaient le guider, mesurer ses pas, pour enchaîner toute la chorégraphie.

Ondine Marin

 

13 FÉVRIER – 18 MARS 2018 

SALLE : SALLE RENAUD-BARRAULT

HORAIRES :

DU 13 AU 25 FÉVRIER : DU MARDI AU DIMANCHE, 18H30 / DU 28 FÉVRIER AU 18 MARS : DU MARDI AU SAMEDI, 20H30 – DIMANCHE, 15H – RELÂCHE : LES 18, 19 ET 20 FÉVRIER /

DU 28 FÉVRIER AU 18 MARS : RELÂCHE LES LUNDIS ET MARDIS ET LE 11 MARS

DURÉE : 1H20

Un spectacle de et avec : Jacques GamblinBastien Lefèvre

Collaboration à la mise en scène : Domitille Bioret, Catherine Gamblin-Lefèvre

Scénographie : Alain Burkarth

Lumières : Laurent Béal

Costumes : Marilyne Lafay

Équipe d’entraînement : Anne Bourgeois, Yannick Hugron

Communication : Hélène Lifar

Production et diffusion : Françoise Lebeau

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :