La Maladie de la Mort, Duras, Katie Mitchell

Retrouvez la critique entière ici : http://www.lesouffleur.net/15693/la-maladie-de-la-mort/

    « Dans ce roman, l’homme essaye de trouver en l’autre ce qu’il n’a jamais connu, le désir, l’amour, tous ces signes de vie. Il scrute le corps de la femme à son insu, pendant son sommeil à l’aide de son téléphone portable et capture en gros plans et en très gros plans des parties de ce corps. Les films du smartphone enrichissent le huis clos de la chambre d’hôtel parce qu’ils nous font entrer dans l’intimité du personnage guidant l’objectif. Cela fait du public un second voyeur, dans une mise en abîme. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :